mardi 30 octobre 2007

En vrac et en vitesse

Et oui, désolé, en ce moment, j'ai moins de temps et je délaisse un petit peu ce blog (pas trop quand même, j'ai bossé ce week end sur un article un peu plus gros qui verra le jour prochainement).

Donc je vous propose quelques news grappillées ici et là :

lundi 29 octobre 2007

Grenelle de l'Environnement

2 liens (merci Zinkou) sur les résultats (j'ose pas dire engagements) du Grenelle :

  1. sur le NouvelObs : petit résumé rapide
  2. sur le site du Grenelle : un PDF beaucoup plus complet

jeudi 25 octobre 2007

Pendant ce temps à l'Assemblée ...

On n'entend parler que du Grenelle de l'Environnement et tant mieux, c'est un sujet très important et vous le savez, qui me tient à coeur. Mais pendant ce temps à l'Assemblée Nationale, il se passe des choses assez édifiantes dont on parle beaucoup moins. Encore une fois, c'est par le blog de Maître Eolas que j'en ai entendu parlé. 2 billets coup sur coup hier sur les "méthodes" de notre gouvernement que je vous conseille de lire, c'est très intéressant :
  • Première histoire : Pour avoir droit au financement public, un parti politique doit obtenir au moins 1% des voix dans 50 circonscriptions lors des législatives. Ces financements sont décidés à la fin de l'année. Le Nouveau Centre, malgré la mise en place de candidats plus grotesques les uns que les autres comme le chauffeur de Hervé Morin, n'a pas réussi à obtenir ce quota. Qu'à cela ne tienne, quand on ne gagne pas à la régulière, il n'y a qu'à changer les règles. Et c'est ainsi qu'un nouveau critère est proposé par le gouvernement : il faut avoir 15 députés à l'Assemblée. Bien dis donc, ça tombe bien le Nouveau Centre en a 22 !!!
  • Deuxième histoire - la plus belle : Suite aux discussions sur le projet de loi pour le financement de la Sécurité Sociale, l'opposition s'est mobilisée à l'Assemblée à tel point d'avoir la majorité grâce à l'absentéisme dans les rangs du gouvernement. Réaction immédiate : il faut gagner du temps pour rameuter les troupes et là, tous les coups sont permis : dépassement du temps de paroles, suspension de séance à la première occasion alors que l'opposition pousse pour passer au vote tout de suite.
    C'est à ce moment là que la solution ultime est trouvée : un président de groupe peut demander à recompter les députés pour s'assurer que la majorité absolue des députés (quorum) est présente dans l'hémicycle. Si ce n'est pas le cas, il y a une suspension de séance d'1 heure avant de procéder au vote (quel que soit le nombre de députés présents cette fois-ci). Le président du groupe Nouveau Centre ne se gêne pas et formule la demande. Petit problème : le quorum est bien atteint. Encore une fois, quand on ne peut pas gagner dans les règles, il suffit de les contourner. Au moment du comptage, les députés de la majorité se sont levés et ont quitté l'hémicycle. Plus de quorum.
    Une heure plus tard, les renforts sont là et la majorité peut appliquer SA loi.

mercredi 24 octobre 2007

Le Monde

Titre à double sens car je relaie 2 articles du monde.fr sur l'avenir de notre monde. Avec la fin du Grenelle de l'Environnement qui approche, il y a plein de bons articles sur le sujet qui fleurissent sur les pages du monde.fr.
Je vous en propose 2 :
  • le premier sur Jean-Marc Jancovici (encore lui)
  • le second sur un rapport de la branche R&D (Recherche & Développement) d'eDF paru en début d'année et pourtant passé inaperçu qui indique que les réserves en énergie pourraient s'épuiser bien plus rapidement que ce que les géants du pétrole disent. La seule solution raisonnable étant la décroissance de la demande en énergie ... en attendant une nouvelle source d'énergie "A trouver ..." (et à déployer)
Cette deuxième info cumulée avec celle d'hier n'annonce rien de bon pour notre futur...

mardi 23 octobre 2007

C'est pire que prévu !!!

Le taux de CO2 dans l'atmosphère augmente plus vite que prévu. C'est ce qu'indique une étude réalisée par l'Académie nationale des sciences des Etats-Unis. Ci-dessous l'article du monde.fr :

La croissance économique mondiale a provoqué un accroissement de la teneur en dioxyde de carbone (CO2) dans l'atmosphère beaucoup plus rapidement que prévu, selon une étude publiée lundi dans les comptes rendus de l'Académie nationale des sciences des Etats-Unis.

Cette étude souligne que la concentration des émissions de gaz carbonique dans l'atmosphère a augmenté de 35 % en 2006, entre le début des années 1990 et les années 2000-2006, passant de 7 à 10 milliards de tonnes par an, alors que le protocole de Kyoto prévoyait qu'en 2012, ces émissions responsables du réchauffement climatique devaient avoir baissé de 5 % par rapport à 1990. "Les améliorations dans l'intensité carbonique de l'économie mondiale stagnent depuis 2000, après trente ans de progrès, ce qui a provoqué cette croissance inattendue de la concentration de CO2 dans l'atmosphère", indique dans un communiqué le British Antarctic Survey, qui a participé à cette étude.

Selon les chercheurs, les carburants polluants sont responsables de 17 % de cette augmentation, tandis que les 18 % restant sont dus à un déclin de la capacité des "puits" naturels comme les forêts ou les océans à absorber le gaz carbonique."Il y a cinquante ans, pour chaque tonne de CO2 émise, 600 kg étaient absorbés par les puits naturels. En 2006, seulement 550 kg par tonne ont été absorbés, et cette quantité continue à baisser", explique l'auteur principal de l'étude, Pep Canadell, du Global Carbon Project. "La baisse de l'efficacité des puits mondiaux laisse penser que la stabilisation de cette concentration sera encore plus difficile à obtenir que ce que l'on pensait jusqu'à présent", indique pour sa part le British Antarctic Survey.

Ces résultats obligent à une révision à la hausse des prévisions du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat qui, dans son rapport de février, tablait sur une augmentation de la température moyenne de la terre de 1,8 °C à 4 °C à l'horizon 2100.

lundi 22 octobre 2007

Les logiciels libres

Ça fait un moment que je voulais en parler donc je me lance. Voici une petite présentation de ce qu'est un logiciel libre. Ultérieurement, j'essaierai aussi de parler des formats ouverts et de dresser une petite liste (très loin d'être exhaustive) des logiciels libres que j'utilise dans la vie de tous les jours pour illustrer tout ça. Je ferai peut-être aussi quelques billets sur tel ou tel logiciel libre.

DéfinitionRichard Stallman

Un logiciel libre est un logiciel que tout le monde peut utiliser, étudier, modifier et distribuer. Pour être plus précis, la FSF (Free Software Foundation), dont le fondateur Richard Stallman est aussi à l'origine du projet GNU, a une définition basée sur 4 libertés fondamentales :
  1. Liberté 0 : La liberté d'exécuter le programme, pour tous les usages.
  2. Liberté 1 : La liberté d'étudier le fonctionnement du programme.
  3. Liberté 2 : La liberté de redistribuer des copies. Ceci comprend éventuellement la liberté de vendre des copies.
  4. Liberté 3 : La liberté d'améliorer le programme et de publier ses améliorations.
Les libertés 1 et 3 sous-entendent l'accès au code source, c'est pourquoi on parle aussi de logiciels "Open Source" (sources ouvertes c'est-à-dire disponibles) même si ce n'est pas exactement la même chose (la notion de logiciel libre va plus loin).
Un logiciel libre n'est pas systématiquement gratuit même si c'est le cas dans la grande majorité des cas (la confusion est encore plus grande en anglais où libre et gratuit se disent tous les 2 "free").

Législation

D'un point de vue légal, un logiciel est libre s'il est distribué sous une licence libre, c'est-à-dire que l'auteur renonce à tout ou partie de ses droits sur le logiciel. Il y en a 2 grandes catégories :
Logo CopyLeft
  • Tous les droits : une seule obligation en général, citer l'auteur. Mais vous pouvez par exemple vendre le logiciel. La plus connue est la licence BSD.
  • Copyleft (par opposition à copyright) : on l'appelle aussi contaminante car elle impose que les modifications et/ou redistributions du logiciel reste conforme au copyleft, c'est-à-dire que les logiciels issus d'un logiciel libre avec copyleft restent forcément des logiciels libres. La plus connue est la licence GPL (Licence Publique Générale GNU).
Il existe beaucoup de licences libres dérivées de ces 2 branches principales.

Illustration

On peut faire une analogie avec un gateau. Disons qu'un logiciel est un gateau. Le code source serait la recette.
Le gateau libre vous donne le droit de le manger (utiliser), de le donner entièrement ou un morceau (distribuer), d'étudier la recette et de la modifier si vous en avez envie.
Pour le gateau non-libre, vous n'avez pas la recette et vous l'achetez pour le manger tout seul. Dans certains cas, vous pouvez avoir la recette mais vous n'avez pas le droit de la copier ou de la modifier.

Organisation

Les logiciels libres sont développés (codés) de façon collaborative par plusieurs personnes (en tout cas pour les "gros" projets). Cet aspect est très important car il en découle plusieurs avantages :
  • Qualité : le code est en général bien écrit et commenté - expliqué - pour que les autres puissent comprendre ce qui est déjà fait.
  • Fiabilité : plus il y a de développeurs, plus il y a de chances de trouver les bugs et de les corriger avant la sortie officielle.
  • Sécurité : il est impossible très difficile d'y introduire un code malveillant car il sera repéré par les autres développeurs.
  • Réactivité : si un bug ou une faille de sécurité est découvert(e), il ou elle est corrigé(e) très rapidement.

Philosophie

Il y a un état d'esprit assez particulier autour des logiciels libres et de leur aspect communautaire. Les développeurs sont fiers de participer à un projet qui devient un peu leur bébé. Ils sont fiers de pouvoir partager leur travail et d'aider des gens qui n'ont pas forcément les connaissances pour le faire eux-mêmes, fiers de pouvoir proposer le choix d'une certaine liberté.
Dans cette même idée, les logiciels libres respectent dans l'ensemble les formats standards ouverts afin d'assurer l'interopérabilité avec d'autres logiciels et la pérennité des données.
Il en découle une petite guerre entre les logiciels libres et les logiciels propriétaires (ou commerciaux ou industriels) qui eux cherchent à "enfermer" l'utilisateur dans le format et le logiciel qu'ils lui ont vendu.

En allant encore plus loin, cela devient presque une forme de résistance par rapport au modèle économique mondial qui nous est imposé tous les jours où le chacun-pour-soi et le faire-du-fric est le mot d'ordre. Dans ce cas particulier du Web, les apports communautaires sont possibles et efficaces. Espérons juste que nous n'en soyons jamais privé par les lobbies en place.

Enjeu

On ne se rend pas forcément compte de l'enjeu qu'il y a derrière ces histoires de logiciels libres et de formats ouverts. Mais on parle de nos données personnelles. Effectivement la plupart du temps, on se fout de savoir si quelqu'un (une personne ou une entreprise) a accès à nos données. Mais dans un futur très proche (voire au présent), il s'agit aussi de votre carte vitale, du passeport numérique, du vote électronique, du dossier médical, etc ... Là, ça devient vraiment très important de savoir ce que fait le logiciel et si les données sont pérennes.
Si ce n'est pas un logiciel libre, l'éditeur du logiciel peut potentiellement faire ce qu'il veut, il n'est pas facile de le contrôler si on n'a pas les sources.
De même, si l'éditeur du logiciel décide d'arrêter ou si il fait faillite ou même si il décide de changer de format, comment fait-on pour lire nos données si le format n'est pas ouvert ?

Soutien


Sources et liens :

vendredi 19 octobre 2007

Comprend pas ...

Allez une petite histoire personnelle ...
Depuis quelques semaines, j'essaie de changer ma façon de dormir.
Je m'explique : depuis très longtemps, je dors sur le ventre et depuis très longtemps, j'ai mal au dos. Je sais pertinemment que ce n'est pas bon de dormir comme ça, même avec un oreiller extra-plat mais que voulez-vous, quand on a pris une habitude, c'est difficile d'en changer. Surtout qu'en l'occurrence, ça signifie moins bien dormir le temps de changer cette habitude.
Bref, je me lance et je me force à dormir sur le dos et à ne pas me retourner pendant la nuit (pas évident au milieu de la nuit quand on a la tête dans le c.. )
Au bout de 2 semaines, je me rends compte que mon oreiller extra-plat ne convient pas du tout à cette nouvelle position (et accessoirement ça fait au moins 15 ans que je l'ai, il a fait son temps) donc je me décide à en acheter un autre. Tant qu'à faire, je me dis que je vais en prendre un bien et je me rends dans une boutique spécialisée pour les problèmes de dos (que je ne citerai pas).

On me fait essayer le top, c'est-à-dire les oreillers TEMPUR - issus des recherches de la NASA blablabla - qui sont effectivement dans une matière vraiment étonnante qui s'adapte à votre tête. Au bout de quelques minutes d'essais puis de discussions, on m'annonce le prix ... 120 € !!!
Je m'attendai effectivement à ce que ça ne soit pas donné mais quand même pas à ce prix-là. Donc merci - au revoir - je vais réfléchir - pipo pipo ;)
Arrivé chez moi, je commence à chercher un équivalent sur le net et là surprise, je retrouve mon oreiller à des prix complètement variables : 120 € assez souvent, 85 + 10 € sur eBay ici, 50 + 5 € sur eBay là, et ... 36 € - 20 % = 29 € sur ce site !!!
J'ai attendu de le recevoir pour être sûr que c'était bien le même avant d'écrire ce billet et oui, c'est le cas.

Voilà, je ne m'explique pas comment il est possible que le même produit ait un prix qui varie du simple au quadruple. Si y'a des commerciaux, des spécialistes du marketing ou de la vente en général dans l'assistance, je serai intéressé par le pourquoi du comment. En attendant, j'ai vraiment l'impression qu'on nous prend pour des abrutis ou des pigeons ou les 2 ...

Conclusion : quand vous achetez quelque chose qui sort un peu de l'ordinaire, renseignez vous bien avant de vous décider...

Les bienfaits de la grève

Rien d'ironique dans ce titre. Loin de moi l'idée de contester le bien fondé de cette grève. Je trouve qu'il y a parfois des abus mais pas cette fois-ci.
J'ai simplement lu que cette grève SNCF-RATP a déclenché une hausse très importante de l'affluence sur les sites de covoiturage (aidée aussi par le Grenelle de l'Environnement parait-il). Même chose pour les Vélib à Paris. Si ça peut aider les gens à prendre conscience que ce n'est peut-être pas si contraignant que ce qu'on imagine et les inciter à prendre cette habitude, c'est une très bonne nouvelle pour notre planète et pour les bouchons en ville.

Source sur 01net

Les sites de covoiturages :

jeudi 18 octobre 2007

Le gibbon courageux débarque !


C'est aujourd'hui que sort officiellement la nouvelle version d'Ubuntu, la version 7.10 (comme octobre 2007) surnommé "Gutsy Gibbon" - le gibbon courageux (ou intrépide, ça dépend des fois). Et je pouvais voulais pas passer à côté car je trouve que la distribution Ubuntu a vraiment fait du bien au monde de Linux en démocratisant ce système d'exploitation en quelques années. Et cette nouvelle version promet beaucoup. J'y reviendrai dès que je l'aurai testé.

En attendant pour les impatients, vous pouvez :

mercredi 17 octobre 2007

Une vérité qui dérange

Honte à moi ! Je n'avais toujours pas vu le film documentaire d'Al Gore sur le réchauffement climatique intitulé "Une vérité qui dérange". Il attendait depuis un bon moment sur l'ordinateur que je me décide et le commentaire de Vince sur le prix Nobel de la paix que vient de recevoir Al Gore m'a réveillé.
Bref c'est maintenant chose faite (depuis dimanche plus exactement) et je dois dire que j'ai été très agréablement surpris. Le documentaire est bien structuré et surtout bien imagé, ce qui permet de bien comprendre les phénomènes climatologiques en jeu. L'alternance entre la "représentation" d'Al Gore et des moments un peu plus intimes nous montre le cheminement de sa réflexion tout au long de sa vie.
J'avoue que le fait que l'auteur soit Al Gore, un ancien candidat à la présidentielle américaine, ne me donnait pas très envie de le voir. Mais il ne faut pas s'arrêter à ça. Pour la diffusion de l'information et la compréhension de tous, il est très bien fait. Il y a des passages où la présentation fait vraiment penser aux "shows" américains mais en l'occurrence, c'est utilisé à bon escient pour marquer les esprits sur les choses importantes.
Un petit point négatif quand même, les produits Apple sont omniprésents dans le film. C'est marrant de lire ensuite dans Wikipedia qu'il appartient au comité de direction d'Apple ... Business is business, ça reste un américain.

Un très bon documentaire à voir impérativement pour ceux qui ne l'ont pas fait (facile à dire maintenant ;) ). Le prix Nobel fait du bien aussi puisque ça donne un second souffle au film environ 1 an après sa sortie.
En tout cas, je ne m'étais jamais renseigné sur Al Gore mais ça fait réfléchir de savoir qu'il aurait du pu être président des Etats-Unis. Quand on voit la puissance de la machine américaine quand ils se décident à faire quelque chose, peut-être que de gros progrès auraient pu être fait sous son mandat...

Le site du film - crise climatique :
Al Gore sur Wikipedia

Touche pas à mon ADN !!!

Une pétition circule actuellement sur le net lancée par Charlie Hebdo et SOS Racismes contre les tests ADN pour prouver les liens de parentés dans le cadre du regroupement familial. Je ne m'étend pas plus, tout le monde en a entendu parlé et c'est bien mieux expliqué sur le site que ce que je pourrai faire.
A vous de jouer, ça se passe ici.

mardi 16 octobre 2007

Vrac de début de semaine

Pour une fois, je le fais au début et non à la fin de la semaine :

  • Samsung - micropile à combustible pour téléphones portables : encore une innovation autour de la pile à combustible à base d'eau. D'après Samsung, c'est pour 2010 (merci Vince).
  • iSave : le robinet qui vous donne votre consommation d'eau en temps réel. Je trouve l'idée bonne de connaître sa consommation en direct, on se rend plus facilement compte des litres qu'on utilise et/ou qu'on gaspille.
  • Le gouvernement fait du chantage à Free (chez Vince) pour sa licence 3G par rapport au service d'échanges de fichiers dl.free.fr.
  • Dernière info mais pas des moindres sur linuxfr : la commission Olivennes (du nom de Denis Olivennes, patron de la FNAC chargé de cette mission) a auditionné l'APRIL (l'Association pour la Promotion et la Recherche en Informatique Libre) dans sa recherche de solution pour "la lutte contre le téléchargement illicite et le développement des offres légales d'œuvres musicales, audiovisuelles et cinématographiques". L'intervention de l'APRIL est disponible ici, est très intéressante et pas trop longue (10 pages). En très résumé :
    La riposte graduée et le filtrage sont inconcevables du point de vue technique et juridique.
    L'interopérabilité est essentielle au développement des PME et aux libertés individuelles pour ne pas être lié à un éditeur.
    Il faut revenir sur la loi DADVSI car elle favorise les abus de position dominante.
    Il faut interdire les DRMs qui prennent les consommateurs en otage et qui sont une menace pour la sécurité nationale.

dimanche 14 octobre 2007

Fin de l'aventure ...

Voilà c'est fini, le XV de France a perdu sa demi-finale hier soir contre l'Angleterre ...
Quelle tristesse et surtout quelle petite fin. Car en fait, on reste sur un sentiment d'inachevé. Après avoir réussi un match superbe contre la Nouvelle Zélande, les Bleus n'ont fait qu'un match moyen contre le XV de la Rose. Et c'est ça le plus frustrant finalement.
On les a senti "fatigués", en tout cas moins frais que la semaine dernière. Ils ont essayé de refaire le match de la semaine dernière en jouant beaucoup au pied et en occupant le terrain. Ça a assez bien marché en première mi-temps où les anglais sont rarement venu dans notre moitié de terrain. Mais rarement ils ont essayé d'écarter le jeu alors qu'on avait le sentiment que ça aurait pu payer. Très peu de phases de jeu à la main alors qu'on savait que les anglais rendaient 10 kilos en moyenne en français. Pourquoi ne pas jouer sur la vitesse et les passes dans ces conditions au lieu de les défier là où ils sont les plus forts : devant.
Malgré ça on y a cru longtemps mais le diable est encore sorti de sa boite : Wilkinson, même si il parait moins décisif qu'en 2003, nous a tué avec un drop dont lui seul a le secret, dégainé à une vitesse et avec une précision hallucinante. Chapeau mister Wilko !
Bref des regrets et de la frustration car à la fin du match, on reste persuadé qu'il y avait la place, comme on dit, et que les français n'étaient pas à leur niveau. Mais en demi-finale de coupe du Monde, ça ne pardonne pas...

vendredi 12 octobre 2007

Habicoop : AG le 27 octobre 2007

Habicoop est une association pour monter des coopératives d'habitants dans la région lyonnaise.
Je voulais faire un billet là-dessus mais j'ai trainé et il se fait tard.
Heureusement Zinkou me sauve avec son billet. Je vous invite donc à le lire.

Il faut faire quelque chose ! La preuve

(merci Vince pour le lien)
Démonstration (en anglais malheureusement) de pourquoi il faut agir contre le changement climatique. L'explication de la vidéo est bien meilleure que celle que je vous propose donc si vous comprenez un minimum l'anglais, regardez-la (elle dure environ 10 minutes).

En résumé, ça se présente sous la forme d'un tableau comme celui-ci :

Changement
climatique global ?
Est-ce qu'on fait quelque chose ?
Oui
Non
FauxCoûte de l'argent
Dépression économique global
Tout va bien
:-)
VraiCoûte de l'argent
mais on a fait ce qu'il faut
donc ça peut aller
:-)
Catastrophes :
  • économique
  • politique
  • sociale
  • environnementale
  • sanitaire

Le tableau peut s'expliquer comme ceci :
  • En colonne, on pose la question : est-ce que l'idée d'un changement climatique global est vrai ou fausse ?
  • En ligne, on pose la question : est-ce qu'on fait quelque chose pour l'empêcher ?
Ce qui nous donne 4 possibilités :
  1. Case Faux + Oui : il n'y a pas de changement climatique et on fait quelque chose donc ça coûte de l'argent et provoque une crise économique globale.
  2. Cas Faux + Non : il n'y a pas de changement climatique et on a rien fait. Nickel ! Tout le monde est content, on a fait le bon choix.
  3. Cas Vrai + Oui : il y a un changement climatique mais on fait quelque chose. Ça coûte de l'argent mais on fait ce qu'il faut pour gérer au mieux les problèmes et la planète reste vivable.
  4. Cas Vrai + Non : on aboutit à une catastrophe à tous les niveaux. Nous n'avons rien fait et c'est une honte en plus d'une catastrophe pour les générations futures.
La suite de la démonstration consiste à dire que nous ne pouvons pas (ou plus) grand chose sur le changement climatique [1], nous ne pouvons que décider si nous agissons ou pas. Par rapport au tableau, ça signifie "choisir la colonne".
Si on choisit :
  • d'agir : le pire serait une crise économique, ce qui n'est pas une crise majeure si on compare ça à une crise écologique et sanitaire de grande ampleur.
  • de ne pas agir : le pire serait non seulement une crise économique, mais aussi politique, sociale, environnementale, sanitaire. En simple : la fin du monde tel que nous le connaissons. Comment peut-on envisager de courir un tel risque ?
La seule décision logique, la seule décision responsable est d'éviter le cas numéro 4 donc d'agir et ceci dès maintenant car, selon certaines études, on parle de notre génération, pas de celle de nos petits-enfants.
Il termine en disant (à peu près) : on aura pas de deuxième chance. Vous voulez courir ce risque ? Vous vous sentez chanceux ou pas ?


Je précise que j'ai simplement repris ce qui a été dit.
Ça peut parfois paraître un peu simpliste comme démonstration mais le fond n'est pas complètement faux. Donc agissons par tous les moyens : il faut en parler, il faut inciter les pouvoirs publics à aller dans ce sens, etc ...

J'ajoute que selon pas mal d'études, la preuve d'un changement climatique est - au moins en partie - avérée. Ce qui enlève encore des possibilités mais pas la 4ème...

[1] : c'est pas tout à fait vrai mais disons que c'est des effets à tellement long terme que ce qu'on peut faire aujourd'hui n'aura pas d'impact avant un paquet d'années. Voir l'effet de serre.

jeudi 11 octobre 2007

Ca commence !!!

Ben tiens, j'en parlais y'a pas si longtemps que ça.
Il y a de plus en plus d'artistes qui décident de se passer des éditeurs ou labels et proposent leur musique directement en ligne, d'une façon ou d'une autre. Après Prince, Radiohead, Nine Inch Nails, Oasis et Jamiroquai, c'est aujourd'hui Madonna qui s'ajoute à la liste et ça risque d'accélérer les choses.

Source : TechCrunch

mercredi 10 octobre 2007

Fuck the police !!!

Désolé pour le titre mais là c'est ce que je pense, et il faut bien comprendre que je ne parle pas des agents qui "obéissent aux ordres" (en tout cas j'imagine et j'espère) mais des plus haut placés, c'est-à-dire notre cher gouvernement ...

Là vous vous demandez pourquoi je dis ça ?
A cause de 2 petites scènes que j'ai vécu aujourd'hui :
  • Ce matin, je vais au boulot comme d'habitude donc en métro jusqu'à Gare de Vaise où j'enchaîne avec un bus. A la sortie de la rame, il faut monter 2 étages pour rejoindre la gare routière, nous sommes donc des dizaines à nous enfiler les uns derrière les autres [1] dans l'escalator jusqu'au palier intermédiaire où se trouvent 2 policiers - un homme et une femme. Il y a une quinzaine de personnes devant moi. Tout le monde passe jusqu'à la dixième personne qui se fait arrêter : contrôle d'identité. Comme de par hasard, c'était le premier noir dans la file de gens ... Le pire c'est que le pauvre devait avoir tellement l'habitude qu'il avait tout à porter de main dans une poche, donc ça devait pas être la première fois.
  • Ce soir, retour à la maison, trajet inverse, je sors du métro à Guillotière, même configuration : 2 étages avec un palier intermédiaire. Et là, 3 policiers plantés en plein milieu du passage (donc ils font chier tout le monde), des gens qui passent dans tous les sens, et paf, ils arrêtent une personne au hasard. Ben dis donc quelle coïncidence, encore un noir.
Alors voilà, si il y a pas des histoires de quota là-derrière, c'est vraiment pas de bol.
En tout cas 2 fois dans la même journée et de façon tellement frappante, ça m'a un peu choqué donc mon premier réflexe en rentrant a été de l'écrire.

[1] : celui qui a souri en lisant ça sort ;)

mardi 9 octobre 2007

News

  • Je relaie une info de Vince sur un moteur de recherche solidaire Veosearch. 50 % des revenus des pubs affichées sont reversés à des associations soutenant le développement durable. C'est en fait un méta-moteur qui vient par dessus Google, Yahoo!, Exalead et Ask. Un éco-conseil du ministère de l'écologie est aussi affiché. Un lien en bas de page vous permet d'ajouter Veosearch dans les moteurs de recherche de votre Firefox préféré.
  • Je relaie une autre info de Zinkou sur une barre d'outil sur l'écologie recensant plein de sites et de blogs, notamment ceux de Jean-Marc Jancovici, de Zinkou, de Quat'rues et d'autres que je ne connaissais pas comme celui de Paul Thomson, dont Zinkou m'a dit du bien mais que je n'ai pas encore vu.

lundi 8 octobre 2007

Mais jusqu'où s'arrêterons-ils ?

(Merci Coluche pour cette phrase-question que j'adore)

Je parle des majors et de l'industrie du disque, mais aussi de la justice.
Aux Etats-Unis, une femme du Minnesota de 30 ans vient de se voir infliger une condamnation à payer 222.000$ de dommages et intérêts pour enfreinte aux copyrights (droits d'auteur) sur 24 chansons (retenues parmi 1700), soit 9.250$ par chanson !!!
L'industrie du disque a voulu faire un exemple de cette femme qui a refusé de régler ce litige à l'amiable comme beaucoup d'autres. Espérons que cette peine sera réduite en appel car cela créera un précédent pour la justice.
Mais au-delà de cet aspect juridique pour le futur, je n'arrive pas à comprendre comment un juge ou un jury peut en arriver à condamner une personne à galérer toute sa vie (elle n'a que 30 ans) pour rembourser une telle somme, tout ça pour avoir partagé 24 chansons sur Kazaa ! On ne parle pas de quelqu'un qui a détourné des millions de $, mais de quelqu'un qui a téléchargé 24 chansons et qui les a partagé peut-être même sans le savoir car les logiciels de P2P (Peer To Peer) ont en général des répertoires partagés par défaut. [1]

Cette peine complètement disproportionnée a vraiment pour but de faire un exemple pour empêcher ou ralentir la chute des prix de la musique. Mais quand les majors - qui sont à priori des gens intelligents sinon ils n'auraient pas réussi - comprendront que cette forme de vente est vouée à la disparition. Je pense sincèrement que la première maison de disque qui trouvera l'idée pour un nouveau modèle économique de vente en ligne où tout le monde y trouve son compte, sortira gagnante.
Mais n'est-ce pas déjà trop tard ? A force de s'entêter dans cette voie qu'ils ont choisi, ils ont peut-être déjà raté le coche. On voit des groupes ou des chanteurs qui commencent à distribuer eux-mêmes leur musique, comme Manu Chao ou plus récemment Radiohead.
Et plus ils attendent, plus les gens prennent l'habitude d'obtenir gratuitement ce qu'ils veulent, moins ils sont prêt à payer pour l'avoir. Et il ne faut jamais oublier que c'est le marché, donc les consommateurs, qui a le dernier mot.

Dans le même ordre d'idée, l'offre de TF1 pour la saison 2 de Heroes est un début mais pourquoi ne sont-ils pas aller au bout de l'idée ? Ils proposent une offre de VOD (Video On Demand : Vidéo à la demande) pour télécharger les épisodes en VOST le lendemain de la diffusion aux Etats-Unis. C'est génial !!! Mais cela vous coûtera environ 3€ par épisode [2] (à l'origine il était prévu aussi des offres à 5€ pour 2 épisodes et 6€ pour 3 mais TF1 ne l'a pas fait ...), soit à peu près 70€ pour une saison complète de 24 épisodes. En comparaison, le DVD de la saison 1 coûte 50€ (avec une foule de bonus comme tout bon DVD).
Donc c'est pas mal dans l'idée, mais ça reste du foutage de gueule surtout que la qualité n'a quand même rien à voir avec un DVD et qu'on ne peut pas garder les épisodes (vous avez 1 mois pour regarder l'épisode et une fois que vous avez commencé, vous ne disposez que de 48h pour finir)
Malgré ça, l'offre de TF1 est apparemment un succès. Espérons que ça aille dans le bon sens, que le nombre de vidéos disponibles augmente et que les prix baissent. En attendant une licence globale ...

Sources :
[1] : Un conseil, ne partagez rien même si vous téléchargez car c'est le partage plus que le téléchargement qui est en général puni. Il faut aussi savoir qu'elle a pu être identifiée grâce (ou à cause) de son pseudo. Si vous téléchargez et/ou partagez des fichiers, sachez qu'il vaut mieux laisser le pseudo par défaut comme la majorité des gens. Il sera ainsi moins facile de vous identifier (mais pas impossible). Dans son cas, cette femme utilisait ce même pseudo un peu partout (mail, messagerie instantanée et autres comptes sur internet).

[2] : Je suis curieux de savoir le prix de revient d'un épisode diffusé "normalement" à la télé en prenant en compte la licence pour une saison, la pub (et on peut compter sur TF1 pour en user et abuser) et le nombre de téléspectateurs.

dimanche 7 octobre 2007

On est en demi ! On est en demi !

Et oui, on y croyait pas mais si, l'équipe de France de rugby a réussi l'exploit en battant les All-Blacks, les néo-zélandais qu'on voyait déjà gagnants de la compétition. 20-18. C'est juste mais ça suffit.
Après un début de match difficile où les 2 équipes jouaient bien mais avaient des problèmes pour marquer les pénalités, les Blacks ont pris les choses en main en marquant une pénalité, puis un essai transformé et une autre pénalité pour mener 13-0 au bout d'une 1/2 heure de jeu.
Beauxis a réussi une pénalité juste avant la mi-temps qui permettait de garder espoir en ayant que 10 points de retard et surtout en débloquant le compteur des Français. 13-3 à la mi-temps.
Peu après le retour des vestiaires, une action d'anti-jeu a conduit à l'exclusion d'un joueur néo-zélandais, immédiatement puni par 3 points réussis par Beauxis. Dans les 10 minutes de supériorité, les français réussissent à inscrire un essai par Dusautoir transformé par Beauxis, pénalisant ainsi la faute néo-zélandaise avec 10 points inscris !!! 13-13 !!!
Quelques minutes plus tard, les Blacks réagissent en inscrivant un 2ème essai en force après un gros travail de leurs avants. La transformation était raté. 18-13.
Les français dans la foulée et juste après la rentrée de Michalak à la place de Beauxis, marquaient à leur tour un essai par Jauzion après une percée de ... Michalak justement. La transformation était réussi par Ellisalde. 18-20 pour la France ! A 10 minutes de la fin, la France prenait l'avantage pour la première fois du match.
Les 10 dernières minutes ressemblaient à un siège néo-zélandais sur l'en-but français et la défense française a été héroïque, sans commettre une faute et en attendant celles des Blacks.

Une victoire énorme de la France qui va maintenant (enfin) avoir le soutien total de tout le pays pour la suite la compétition. Saluons le match des All-Blacks aussi, un beau match n'est possible qu'avec 2 bonnes équipes et ce match a été magnifique, serré de bout en bout avec un finish superbe.

Notez que je suis devant Afrique du Sud - Fidji et j'ai vu Australie-Angleterre hier et on peut remarquer que les quarts de finale, c'est vraiment autre chose que les matchs de poule. Les matchs sont serrés et c'est beau à regarder.

video

vendredi 5 octobre 2007

Vrac de fin de semaine

  • Les box consomment trop : c'est un sujet dont on parle beaucoup en ce moment, les boîtiers ADSL des offres "triple play" (Internet, Téléphone, Télévision) consomment en permanence, notamment pour le téléphone (forcément sinon c'est pas pratique). Le problème, c'est qu'elle consomme aussi en permanence pour Internet et la télévision même si on ne l'utilise pas. Et aucun interrupteur ne permet d'éviter ça. On en parle sur 01net et futura-sciences et on en parlait déjà il y a quelque temps à propos des logos constamment éclairés (sur presencePC par exemple)
  • Peut-être une future planète capable d'abriter la vie à 424 années lumière d'ici ... le genre d'info qui me fait un peu rire. La planète existe même pas encore mais il se pourrait (notez le conditionnel) qu'elle apparaisse d'ici quelques milliers (millions ?) d'années et qu'elle puisse être un berceau pour la vie (pas sûr non plus). Sur NouvelObs. Espérons seulement que personne n'utilise ce genre d'info pour dire que c'est pas grave de polluer la Terre, que quand elle ne sera plus habitable, on ira ailleurs...
  • Que savoir sur les déchets radioactifs ? : cet article semble intéressant (je n'ai pas eu le temps de le lire encore). A noter qu'il vient d'un site du gouvernement donc attention à l'objectivité ...

mercredi 3 octobre 2007

Les villes et pays où il fait bon vivre

Une info venant du site cite-sciences.fr (le site de la Cité des Sciences et de l'Industrie) concernant une enquête du Reader's Digest sur les pays et les villes les plus "verts" dans le monde. Cette étude réalisée sur 141 pays est basée sur 2 critères :

  1. IDD 2005 (Indicateur de Développement Durable) : Il suit l'évolution de certains indicateurs influençant la durabilité en termes d'environnement et de développement des pays concernés : qualité de l'air, de l'eau…
  2. IDH 2006 (Indicateur de Développement Humain) : Il prend en compte l'espérance de vie, le niveau d'études ou encore le revenu national par habitant. Mais il tient également compte de paramètres plus inhabituels comme le travail des enfants, l'existence ou non d'une convention contre la torture, le nombre de physiciens par habitant…
Dans ce classement, la France arrive en 16ème position principalement grâce à un très bon IDH. En revanche pour l'IDD, la France se classe 133ème sur 141 !!!
Tout ça confirme bien qu'il y a du boulot chez nous concernant l'écologie et le développement durable !

Source sur cite-sciences.fr

mardi 2 octobre 2007

Manicore 2 : l'ozone

Chose promise, chose due! Voici donc un billet sur le "trou" de la couche d'ozone. J'ai choisi de parler de l'ozone en général et pas uniquement du "trou", même si une bonne part du billet y est consacré.

1) Qu'est-ce que l'ozone ? Où le trouve-t-on ?

L'ozone O3 est un gaz constitué de 3 molécules d'oxygène. C'est un oxydant et un désinfectant très puissant qui est utilisé par exemple pour le traitement de l'eau, dans les blanchisseries, l'industrie agro-alimentaire, la papeterie ou la micro-électronique. C'est aussi (et surtout) un gaz qui nous protège des UVs nocifs du soleil dans la haute atmosphère ainsi qu'un gaz à effet de serre (il absorbe les infrarouges émis par la Terre).
Il faut donc bien distingué ces 2 particularités qui ont des impacts différents suivant où on se trouve :
  • L'ozone troposphérique (basse atmosphère) : le gaz irritant et dangereux pour l'homme d'origine majoritairement industrielle au niveau du sol responsable des pics de pollution.
  • L'ozone stratosphérique (haute atmosphère) qui fait partie de ce qu'on appelle la couche d'ozone : le gaz à effet de serre naturel et bénéfique qui nous protège des UVs et permet d'avoir une température "vivable".

2) Le "bon" ozone

C'est celui de la "couche", celui qui se situe dans la stratosphère et qui nous protège des UVs nocifs du soleil. Sans lui, moins d'UVs sont interceptés donc plus d'UVs atteignent le sol et peuvent par exemple provoquer des cancers. Cet ozone participe également à l'effet de serre mais de façon naturelle et depuis toujours, donc il est bénéfique.

3) Le "mauvais" ozone

C'est l'ozone troposphérique, celui de la pollution. En fait, l'ozone des pics de pollution n'est pas celui qui est produit par les industries. Il provient d'un mécanisme complexe où le dioxyde d'azote NO2, venant des gaz d'échappements est transformé, par une série de réactions chimiques favorisées par le rayonnement solaire, en ozone. C'est pourquoi cela se produit quand :
  1. la circulation automobile est intense, donc dans les grandes villes ou sur l'autoroute quand il y a des bouchons
  2. il fait très beau
  3. il n'y a pas beaucoup de vent
A basse altitude, comme l'ozone est un oxydant puissant, il est nocif pour l'homme.

Dans les 2 cas, il s'agit bien de la même molécule, du même gaz, mais les effets négatifs de l'ozone ne se font sentir qu'à basse altitude, là où nous pouvons le respirer.
L'ozone troposphérique est bien évidemment aussi un gaz à effet de serre, et comme il est majoritairement d'origine industrielle (industries et avions), il participe à l'augmentation de l'effet de serre, qui elle n'est pas bénéfique.

4) Qu'appelle t-on "trou" de la couche d'ozone ? Quels sont les responsables ?

Ce qu'on appelle "trou" est en fait une diminution forte (au moins la moitié) et locale de la concentration d'ozone stratosphérique. Cette diminution est le résultat d'une réaction chimique entre l'ozone et les CFC (chlorofluorocarbones CxClyFz) qui se produit dans la stratosphère.
Les CFC sont des gaz industriels très stables, donc inoffensifs pour nous car ils ne risquent pas de réagir quand nous sommes en contact avec eux. C'est pour cette raison qu'ils ont été utilisés comme :
  • fluide réfrigérant à la place de l'ammoniac
  • gaz expanseurs pour les mousses plastiques (polystyrène expansé)
  • solvants dans l'industrie électronique
  • gaz propulseurs dans les aérosols ou les extincteurs
  • nettoyants industriels
En revanche, lorsque ces molécules arrivent dans la stratosphère, les ultraviolets très énergiques du rayonnement solaire cassent leurs liaisons chimiques et libèrent le chlore. Ce chlore intervient dans des réactions chimiques qui aboutissent à la destruction de l'ozone O3.

4) Où est ce "trou" ?

Il se situe en fait au-dessus du Pôle Sud. Pourquoi ?
  • Pendant l'hiver austral, le Pôle Sud est plongé dans le noir donc le rayonnement solaire ne peut plus dégrader les CFC.
  • Durant cette période dans la stratosphère, la température descend très bas (-80°C environ) et des nuages de cristaux de glace se forment. Les CFC libèrent leur chlore grâce à ces cristaux de glace qui servent de catalyseur, mais le chlore est sous une forme qui ne réagit pas avec l'ozone.
  • L'air qui se trouve au-dessus du Pôle Sud reste dans cette région, car il se situe dans un grand tourbillon.
Ces 3 facteurs réunis font que du chlore s'accumule pendant tout l'hiver austral au-dessus du Pôle Sud sans réagir avec l'ozone. Mais dès que le soleil réapparaît au printemps austral, les composés chlorés sont dissociés très rapidement par les UVs et le chlore libéré réagit immédiatement avec l'ozone. Jusqu'à 90% de l'ozone stratosphérique peut ainsi disparaître en quelques semaines.

5) Pourquoi pas au-dessus du Pôle Nord ?

Parce qu'il fait moins froid au-dessus du Pôle Nord donc les nuages stratosphériques de cristaux de glace ne se forment pas. Mais cela pourrait arriver. Des études montrent que, même si le réchauffement climatique porte bien son nom et entraîne un réchauffement global de la planète, certaines parties du globe connaissent localement une diminution des températures. C'est le cas au-dessus du Pôle Nord où la température commence à descendre suffisamment bas en hiver pour voir apparaître les nuages stratosphériques. Cela pourrait être bien plus grave car le Nord est beaucoup plus peuplé que le Sud.

6) Que faire ?

Le protocole de Montréal a préconisé en 1987 une diminution de 50% des émissions de toutes les substances appauvrissant la couche d'ozone et il a été amendé 4 fois pour ajouter de nouvelles substances ou diminuer les délais. 190 pays l'ont aujourd'hui signé. Malheureusement, malgré cela, les émissions continuent d'augmenter dans le monde pour certains de ces gaz (les HCFC par exemple : voir cet article)
D'autre part, les CFC ont une durée de vie très longue dans l'atmosphère (ils mettent déjà une quinzaine d'années à monter jusqu'à la stratosphère avant de pouvoir être dégradés) puisqu'ils sont très stables (jusqu'à plusieurs milliers d'années pour certains), donc leur effet est loin d'être terminé, même si un jour nous arrêtons toutes nos émissions.
Le trou de la couche d'ozone s'étend déjà cette année sur une superficie de 10 millions de km² (l'expansion n'est peut-être pas encore finie), soit l'équivalent de la surface de l'Europe !!!


Sources sur Manicore :
Articles liés :
  1. Manicore
  2. L'effet de serre

lundi 1 octobre 2007

Que faire au quotidien ?

Un petit article tiré de NeoMansLand avec des petites choses faciles à faire ou à ne pas faire au quotidien pour préserver notre planète. Par exemple :

  • acheter du bois venant des forêts gérées durablement (FSC ou PEFC)
  • acheter des ampoules basse consommation
  • utiliser des détergents biodégradables et ne faisant pas de déchets (pas de lingettes)
  • éviter les serviettes en papier et autres couverts en plastiques, préférer des ustensiles lavables et durables
  • utiliser des piles rechargeables plutôt que des piles "jetables"
  • etc ...
Pour info également, Jean-Marc Jancovici, climatologue et auteur du site Manicore ainsi que de plusieurs bouquins sur le changement climatique, était l'invité de l'émission "Science, on tourne" sur France 2 samedi à 14h, où des explications visuelles de l'effet de serre étaient proposées et expliquées. C'était intéressant malheureusement je ne trouve rien là-dessus sur les sites de partage de vidéos ou sur celui de France 2. Dommage ...

PS : je vous ferais signe si je trouve un lien là-dessus. La meilleure piste pour l'instant est celle-là.